La première séance de kinésiologie



Stress, anxiété, angoisse... La première séance de kinésiologie

Vécus ponctuellement, ces états manifestent une tension positive que l’on peut interpréter comme des mécanismes d’adaptation face à un « danger », voire une prédisposition naturelle à survivre. Ils nous permettent d’anticiper et de mobiliser l’ensemble de nos capacités, parfois de les dépasser pour affronter une épreuve (examen – surcroit d’activité – déménagement …).

Malheureusement, ces états peuvent devenir progressivement négatifs dans le temps jusqu’à présenter des perturbations, déstabilisantes au quotidien ; on parle alors de troubles avec la persistance d’une fatigue.

PREMIERE APPROCHE DU KINESIOLOGUE SUR CETTE PROBLEMATIQUE

Le kinésiologue formé en Adaptogenèse® s’inscrit en complémentarité d’un médecin, d’un psychologue, d’un ostéopathe.

Lors d'une première séance de kinésiologie, votre kinésiologue débute  en effectuant un check-up du fonctionnement énergétique du corps.

1) - Il vérifie, et si besoin, corrige l’équilibre hydrique du corps.

L’eau est un conducteur électrique ; si sa distribution est affectée, les transmissions nerveuses et les échanges cellulaires sont perturbés. Donc il s’assure :

-  que le client est bien hydraté,

- que l’eau est bien répartie au sein des trois réserves du corps (intracellulaire – interstitielle (lymphe) – vasculaire (plasma) ;

- qu’une déshydratation ne commence pas à s’installer par un déséquilibre énergétique sur les méridiens (un point Eau sur chaque méridien - Attention au piercing sur le nombril !).

2) - Il veille à stabiliser la matrice électro-magnétique du corps.

Le corps est comme une maison ; le kinésiologue vérifie que tous les plombs fonctionnent correctement au compteur électrique pour diffuser de manière équitable et harmonieuse l’énergie. Chaque switch est le résultat d’une surtension dans un couple de méridiens provoquant une désorganisation (l’interrupteur disjoncte !) avec pour conséquence, le client n’a pas accès à tout son potentiel de guérison et connaît déjà des dysfonctionnements dans les résonnances émotionnelles, les performances auditives et  visuelles, des confusions droite/gauche source de difficultés d’apprentissage voire de compréhension, de mémoire …

3) - Ensuite, il procède à une équilibration énergétique.

Il pratique une série de tests sur une douzaine de muscles majeurs, reliés à des organes et à des méridiens d’acupuncture pour repérer des excès ou des manques d’énergie. Conformément aux lois et principes de la Médecine Traditionnelle Chinoise, il applique les modalités de correction.

4) – Il mesurera le pourcentage d’énergie vitale dans le Corps Émotionnel ; si nécessaire, il réajuste pour obtenir un niveau suffisant.

 


Une fois les premiers pré-tests réalisés durant la première séance, le kinésiologue a deux possibilités pour engager son accompagnement :

  • soit il met en mémoire des situations de stress, d’angoisse du client ;
  • soit il aide le client à formuler un objectif concret, positif sur ce qu’il aimerait améliorer parce qu’aujourd’hui, il est en difficulté dans une situation particulièrement génératrice de stress et d’angoisse.

En savoir + : L'accompagnement du kinésiologue



Les types de corrections

Le kinésiologue utilise l’intégration Cerveau/Corps pour accéder à la mémoire cellulaire du client au travers des deux hémisphères : par exemple, le muscle Deltoïde Antérieur du bras droit est en lien avec l’Hémisphère Gauche et le muscle Deltoïde Antérieur du bras gauche est en lien avec l’Hémisphère Droit.

Un hémisphère est dominant avec des filtres de croyance et l’autre hémisphère est sans filtre, il dispose de la mémoire de tous les événements vécus sans aucune interprétation.

Le test musculaire permet de recevoir un feed-back du cerveau par la perception kinesthésique (le muscle s’affaiblit pour signifier une perturbation, un manque) et indique ainsi la correction la plus appropriée, pour résoudre la cause du désordre.

Sur une problématique de "stress, angoisse, anxiété", la correction peut être :

  • d’ordre émotionnel (pessimisme – dramatisation ou résultant d’un deuil non résolu par exemple) ;
  • d’ordre structurel (angoisse - impuissance apprise par exemple, c’est un conditionnement),
  • d’ordre électrique par la manifestation d’un conflit décisionnel
  • ou bien d’ordre spirituel en conséquence d’un traumatisme de la naissance par exemple
  • ou d’ordre écologique, nutritionnel  (déséquilibre entretenu par une intolérance ou des carences en oligo-éléments par exemple ).

Le choix de la correction

Ce qu’il faut comprendre, le choix de la correction n’est pas fonction de l’interprétation du kinésiologue ; c’est le test musculaire qui appelle un type de correction. Deux personnes peuvent présenter des difficultés similaires mais les corrections ne seront pas identiques parce que chaque client témoigne d’un parcours de vie avec ses propres expériences de vie.

Dans la majorité des cas, la correction se fait sur plusieurs niveaux :

  • au niveau émotionnel avec la recherche d’une émotion causale inconsciente, une défusion pour la libérer et l’infusion d’une émotion positive en remplacement, au service d’une prise de conscience constructive pour se réparer ;
  • au niveau énergétique par la stimulation manuelle de points d’acupuncture ;
  • et au niveau kinesthésique avec des mouvements du corps par exemple.

Retour et projection dans le temps

La correction nécessite souvent un retour dans le passé avec un repérage des âges concernés pour nettoyer des émotions négatives, désamorcer des traumatismes ; le kinésiologue parle de récession d’âge. Même si nous ne nous rappelons pas de ces événements de manière consciente, les souvenirs sont bien mémorisés dans notre cerveau et ils gouvernent notre présent en reproduisant les mêmes mécanismes de défense. Notre passé détermine ainsi nos réactions émotionnelles dans le temps présent et nous conditionne dans notre ressenti, dans notre manière d’appréhender nos relations sociales, notre connaissance de soi, notre conception de la vie.

La correction peut faire appel à une projection dans le futur (trois mois maximum) pour soutenir la prise de conscience, le changement.


Le  kinésiologue termine sa première séance de kinésiologie en mesurant le temps d'intégration du travail réalisé. En moyenne, il faut compter environ trois semaines pour poursuivre le "dépouillement" des difficultés inconscientes et rétablir les équilibres.

Après une première séance de kinésiologie, un exercice à la maison est parfois préconisé pour renforcer la séance (visualisation d’un symbole, prise d’une essence florale, pratique de mouvements, d’exercices respiratoires …).



Combattre l'épuisement

Après avoir décrit le déroulé d'une première séance de kinésiologie classique, le kinésiologue formé en Adaptogenèse ® peut prendre l’initiative de vérifier si le client ne fait pas l’objet d’un épuisement surrénalien, au niveau énergétique, en utilisant des tests spécifiques pour identifier la glande impliquée corticosurrénale et/ou médullosurrénale dès la première rencontre. C’est la priorité.
Après une période importante de stress (surmenage professionnel avec souvent un surinvestissement parce que soucieux de bien faire, ne sait pas toujours déléguer, manque de satisfaction de lui même ou manque de reconnaissance de ses pairs, des difficultés à concilier la vie professionnelle et familiale…) avec visiblement un épuisement, le client ne peut plus faire face aux contraintes immédiates ; il a la sensation d’appuyer sur la pédale mais rien ne répond … 
L’accompagnement se fera de concert avec un médecin, un psychologue, un sophrologue parce que cet état est la conséquence de désordres physiologiques et psychologiques. Cet état de sur-stress sur du long terme détériore l’équilibre métabolique du corps d’où l’importance de traiter l’anxiété.
La personne nécessite un suivi avec une reprise d’activité, souvent à mi-temps au début, pour créer les meilleures conditions de réadaptation et de projection.

Dans ce cas particulier, le kinésiologue s'attachera à identifier les différents « stresseurs » et à nettoyer toutes les émotions négatives en ayant recours aux récessions d’âge. C’est un véritable travail de fond pour aider le client à se reconstruire autrement (cas d’un burn-out).




 

MES COORDONNÉES

 

Je vous accueille à mon cabinet de kinésiologie :

Béatrice Faussat, Au Village, 32160 Beaumarchés

faussat.kinesiologie@gmail.com

06 86 98 26 81

Parking

Géolocalisation
43.585829, 0.086098

Plus code
H3PP+8C Beaumarchés