Touch For Health



Une kinésiologie structurelle et énergétique

Les pionniers de la kinésiologie

Georges Goodheart (1918-2008), chiropracteur américain émérite, a dressé les bases techniques de la kinésiologie dans les années 60 en mettant en évidence l’interaction entre muscles-organes et méridiens d’acupuncture.

John Thie (1933-2005), aussi chiropracteur, fut séduit par cette approche non invasive du corps et apporta sa contribution en développant le concept de « Santé par le Toucher ». Il a introduit alors une vision plus large de l’être humain en abordant plusieurs dimensions : état d’esprit, disposition physique, dimension énergétique, émotionnelle, intentionnelle…

Sa préoccupation a toujours été de partager ses connaissances pour les mettre à la disposition du plus grand nombre ; il propose un art « de s’entretenir » au quotidien.

 


Les principes de la kinésiologie

La recherche de faiblesses musculaires

Aujourd’hui, un kinésiologue est en mesure de tester 42 muscles de chaque côté du corps (dont 14 muscles majeurs en relation avec les Méridiens Principaux) pour dresser un maillage énergétique du corps et repérer des faiblesses musculaires (par exemple, une faiblesse du Grand Pectoral Claviculaire indique un déséquilibre énergétique sur la fonction organique de l’Estomac et non pas une atteinte de l’organe, une pathologie). Cette faiblesse peut se manifester soit uniquement d’un côté du corps ou bien les deux côtés sont impliqués.

Le test des Points d'Alarme

Après le repérage des faiblesses musculaires, le kinésiologue dispose d’une série de points répartis sur le corps dits Points d’Alarme, interfaces entre les Organes et les Méridiens d’acupuncture. Un test léger de chaque point d’alarme avec une réponse du test musculaire faible, indique un excès d’énergie sur le Méridien correspondant à l’organe.



Un éventail de corrections personnalisées

Après ces investigations, le kinésiologue procède à une libération de stress émotionnel et détermine la correction la plus appropriée pour rétablir l’équilibre global du corps :

  • Il peut faire appel aux lois et principes de la Médecine Traditionnelle Chinoise et apporter une correction énergétique par tenue de points d’acupuncture (digit pressure) ou stimulation de points pour relancer l’énergie en vue d’équilibrer tout le système énergétique ;
  • Il peut stimuler des points réflexes neuro-lymphatiques pour relancer la circulation de la lymphe, alors trop surchargée localement (Chapman) ;
  • Il peut avoir recours à un effleurement de points neurovasculaires pour éliminer le blocage dû à une accumulation d’acide lactique dans le tissu musculaire (Bennett) ;
  • Il peut aussi procèder à une technique cérébro-spinale visant à lever une fixation sur un os crânien pour permettre au liquide céphalo-rachidien de s’écouler correctement ;
  • Enfin, il intervient aussi par des manœuvres proprioceptives sur les extrémités des muscles en utilisant les récepteurs tendineux de Golgi qui sont des récepteurs de tension ;  sur le ventre des muscles en utilisant les fuseaux neuro-musculaires qui sont des récepteurs d’élongation ou bien par la technique Origine/Insertion dans l’idée de « réveiller » le muscle, suite à une entorse ou une immobilisation prolongée (plâtre).

 


Clôture de la séance en montrant au corps que la correction appliquée a bien réparé l’ensemble des faiblesses musculaires relevées et qu’aucun point d’alarme ne sort en excès d’énergie.

L’approche des Métaphores peut être un prolongement de séance bénéfique pour soutenir des prises de conscience, lever un point de blocage non résolu et aider, par la symbolique, à se reconnecter à certaines émotions, pas toujours reconnues, et de les exprimer dans un cadre sécurisé. Méditer une métaphore ouvre de nouvelles perspectives et suscite des cognitions.